Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

DevOps, un nouveau métier qui révolutionne l'organisation des entreprises

L'Actu des Anciens

-

18/12/2013

Pierre Ozoux, diplômé de Télécom SudParis promo 2010, est DevOps pour la société Seedrs. Vous n'avez rien compris à cette phrase ? Ce n'est pas étonnant. La fonction de DevOps est encore méconnue, mais vous risquez d'en entendre parler dans les années à venir ! Zoom sur un métier technique, évolution de celui d'administrateur système, avec l'interview de Pierre qui a accepté, pour T&MA, de nous dévoiler sa profession.

Parlez-nous de votre parcours. Comment a débuté votre carrière professionnelle, à la sortie de l'école ?
A la suite de mon Erasmus en Slovaquie, la perspective de travailler dans notre capitale ne m'attirait que très peu. J'ai alors commencé à chercher un VIE intéressant autour des systèmes informatiques, sans
donner de préférence à un pays. J'en ai rapidement trouvé un au Portugal, destination jusqu'alors inconnue, mais attirante. La mission aussi était idyllique : ingénieur des opérations pour une application critique au sein de l'EMSA, European Maritime Safety Agency. Mon rôle sur place était de faciliter le transfert technologique et de compétences entre mon entreprise, CLS, et l'EMSA. Au début, j'étais assez frileux, car il y avait une partie très technique : administration de systèmes linux, reporting base de données... En fin de compte, je me suis pris au jeu, cela s'est excellement passé, et après une année, j'avais acquis de véritables compétences professionnelles dans ces domaines. Me plaisant au Portugal, et malgré la crise, j'ai décidé de m'y installer. Après quelques mois d'errements en Call Center, j'ai eu la formidable opportunité de rejoindre la startup Seedrs en tant que DevOps. Nous étions alors 10 personnes avec l'ambition de devenir leader mondial en equity crowdfunding.

En quoi consiste le métier de DevOps ?
DevOps est un terme à la mode qui renferme un concept révolutionnaire pour l'organisation des entreprises. Dans le passé, les équipes de développement et d'administration des systèmes étaient séparées. Ces deux équipes avaient des objectifs clairement distincts et parfois incompatibles. Pour le management, il était alors difficile d'imposer un objectif commun, à savoir un service de qualité et innovant. Toutefois, le métier d'adminstrateur système a grandement évolué avec les logiciels de configuration management. D'un métier fastidieux en ligne de commandes, il s'est beaucoup rapproché du métier de développeur. Aujourd'hui, il ne s'agit plus d'installer et configurer des systèmes pour qu'ils fonctionnent ensemble. Désormais, mon métier, DevOps, consiste véritablement à "développer" notre infrastructure : j'écris le code qui va déployer nos machines automatiquement, avec tous les contrôles nécessaires. Et si une machine s'arrête, pas de problème, j'en redémarre une autre, j'installe tous les services et, 5 minutes après, elle est prête, en une ligne de commande. Ce rapprochement des métiers d'administrateur système et de développeur font que nous sommes aujourd'hui dans la même équipe et travaillons ensemble.

Quelles sont les technologies employées dans votre entreprise ?
Nous travaillons essentiellement avec des logiciels OpenSource. Ruby On Rails pour notre application, Chef pour la gestion de configuration et GitHub pour le gestionnaire de versions. Nous utilisons ces logiciels, mais aussi, nous redonnons à la communauté quand nous le pouvons, par exemple en corrigeant certains bugs. C'est très important, cela permet d'avoir des logiciels de qualité avec lesquels nous avons plaisir à travailler. En ce qui concerne l'ingénierie logicielle interne, nous utilisons des techniques agiles qui nous permettent d'arriver jusqu'à 10 deploiements d'applications par semaine, et nous avons pour objectif d'atteindre le nombre de 10 par jour. Nous faisons déjà de l'intégration continue, et la prochaine étape serait le déploiement continu. Mais il reste beacoup de travail pour y arriver.

Quelles sont, pour vous, les 3 qualités essentielles à un bon DevOps ?
Comme pour tout métier informatique, au-delà de celui de DevOps, il s'agit essentiellement de posséder des qualités de hacker (et non un hacker n'est pas qu'un pirate qui "casse" des sytèmes informatiques !). La première, bien évidemment, c'est la curiosité. Il est necessaire d'avoir une soif d'apprendre sans fin. Une volonté de comprendre, de découvrir de nouveaux concepts, langages de programmation, techniques, technologies... C'est véritablement la clé pour évoluer dans ce métier. Ensuite, il faut assurément une rigueur scientifique dans la démarche et les discussions. C'est cette rigueur qui, selon moi, rend les débats si intéressants dans la culture hacker. Enfin, il faut avoir une volonté d'aider, d'enseigner, et de partager ses connaissances. Cet état d'esprit est crucial pour que la communauté puisse continuer à s'épanouir.

Votre investissement associatif à EvryOne vous a-t-il été utile dans votre carrière ?
A EvryOne, en tant que Directeur Technique, j'ai beaucoup apprécié ce sentiment d'être à la fois utile à mes proches, sans être mis sur le devant de la scène. J'ai compris la valeur que pouvait avoir un métier technique (malheureusement souvent dévalorisé de nos jours). J'ai aussi, grâce à Julien Delucinges, pu expérimenter et utiliser des technologies de pointe en matière de systèmes informatiques, ce qui a marqué le début de mon épanouissement technique. Je pense que cela a beaucoup aidé aussi pour le recrutement sur mes premiers postes.

Comment vous voyez-vous évoluer dans les années à venir ?
J'ai envie d'apprendre encore, de me spécialiser, et de devenir expert sur certaines technologies et méthodes. J'aimerais devenir un meilleur développeur, mieux maîtriser les techniques d'ingénierie logicielle, et apprendre les sciences des données (Intelligence Artificielle et algorithmes prédictifs). Enfin, je voudrais avoir une plus grande indépendance géographique de manière à pouvoir travailler n'importe où dans le monde.

Dites-nous quelques mots sur votre société : que fait Seedrs ?
Seedrs est la première plateforme de financement participatif par action en Europe (equity crowdfunding). Nous permettons aux créateurs de start-ups de lever des fonds très rapidement et simplement. Et dans le même temps, nous permettons aux investisseurs de découvrir des start-ups auxquelles il était très difficile d'accéder par le passé. Nous gérons tous les détails administratifs, ce qui simplifie tout le procédé. Il devient alors beacoup plus facile d'investir, d'autant qu'il n'y a pas besoin de posséder énormément de capitaux pour se lancer, la mise minimum étant de 10£.

En quoi Seedrs se distingue des autres plateformes ?
Nous nous distinguons de notre premier concurrent principalement sur le fonctionnement de l'après investissement. Une fois que la start-up a récolté la somme nécessaire, Seedrs garde les actions des investisseurs. Cette centralisation des actions permet de simplifier les prises de décisions : si une start-up a plusieurs centaines d'investisseurs, elle n'a pas à demander l'accord signé de tous ceux-ci à chaque nouvelle évolution. Elle n'a pour interlocuteur que Seedrs, qui prend les décisions que nous jugeons bonnes pour les investisseurs. Et nous sommes ouverts à tous les investisseurs et créateurs d'entreprise européens.

Un dernier mot à destination de nos diplômés ?
N'arrêtez jamais d'apprendre ! Face à un nouveau problème qui nécessite de nouvelles connaissances, prenez cela comme une opportunité !
Si vous avez des questions, vous pouvez me trouver sur twitter @pierreozoux, ou sur github.com/pierreozoux.

2516 vues Visites

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

L'Actu des Anciens

Le nouveau papier académique de Flavient BAZENET (IMT-BS 2006)

LL

Laura LANDES

15 octobre

L'Actu des Anciens

IMT Starter - Lulu & Kroy : Redonner le goût de la lecture aux enfants

LL

Laura LANDES

10 octobre

L'Actu des Anciens

Au Revoir et Merci Simone, Bonne Retraite !

User profile picture

Anne LOZACHMEUR

30 juin