Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Marc, fondateur de Scoop.it : une start-up toulousaine à San Francisco

L'Actu des Anciens

-

10/03/2014

Marc Rougier, diplômé de Télécom SudParis promo 1988, est le fondateur d'une des plateformes de curation les plus célèbres : Scoop.it. Mais au fait... c'est quoi une plateforme de curation ? Dans l'interview qui suit, donnée à T&MA, Marc décrypte pour les diplômés et les étudiants du réseau son parcours, l'aventure Scoop.it et nous explique pourquoi il a choisi de s'installer à San Francisco, alors qu'il a une haute estime des ingénieurs formés en France...

Parlez-nous de votre parcours. Comment a débuté votre carrière professionnelle, à la sortie de l'école ?
En sortant de l'INT je maîtrisais davantage le baby-foot que la notion de carrière. Je n'avais qu'une idée claire : aller voir ailleurs. J'ai décroché une bourse pour étudier à McGill University, Montréal. Sur place, j'ai rencontré une espèce étrange : les entrepreneurs (à remettre dans le contexte français d'il y a 25 ans). J'ai attrapé le virus, ai démissionné de l'université et créé ma première micro-entreprise là-bas.
Depuis je tente d'assouvir ces deux aspirations : voir ailleurs et entreprendre. J'ai co-créé 4 start-ups, ai connu les grands groupes (Thales, IBM) et ai travaillé sur tous les continents.

Comment vous est venue l'idée de créer Scoop.it ?
En 2007, j'ai lancé ma troisième start-up, Goojet, une solution de web mobile. Le produit a vite décollé, mais pas sa monétisation (nous avions parié sur la pub mobile, alors asthmatique) ; puis un autre entrepreneur, Steve Jobs, s'est attaqué au même besoin... et a fait un sacré bon boulot. En 2010, nous avons constaté l'échec et nous avons rebondi sur un sujet qui nous paraissait pertinent : le traitement de l'infobésité et en particulier cette difficulté grandissante à se faire entendre et reconnaître dans le brouhaha du web. C'est ainsi qu'est né Scoop.it, plateforme de curation de contenu.

En quelques mots, qu'est-ce qu'un outil de "curation" ?

La curation c'est la sélection, l'édition et la diffusion de contenu existant. Le mot vient de l'anglais "museum curator" : celui qui choisit et met en scène les meilleures pièces. Dans le web, le curateur organise des contenus pertinents (articles, sites web, vidéo, infographies, etc.) sur son domaine d'expertise. Pour être vus et reconnus sur le web aujourd'hui, il faut publier régulièrement, sur les blogs, les sites, les média sociaux, etc. La publication par curation est une solution. Ca fait partie de la stratégie de contenu.
Une plateforme de curation aide à organiser cette activité, à la rendre plus efficace, plus professionnelle. L'outil aide à trouver du contenu, à l'éditer et à le diffuser. C'est un outil de marketing et de communication, mais aussi de veille ou de knowledge management, qui concerne les entreprises de toutes tailles (unipersonnelles à grands groupes).

Quelles sont les perspectives à court et moyen termes pour Scoop.it ?
Aujourd'hui nous avons 1 million de curateurs, 1200 entreprises clientes et 100 millions de visiteurs uniques cumulés ; 50% de nos revenus viennent des US (marché plus mûr) mais 25% seulement de notre trafic (25% également pour la France). Notre focus du jour c'est de doubler de taille sur le marché US. A moyen terme, nous voulons consolider la place de leader sur le segment "curation pour les professionnels et les business".

Pourquoi avoir choisi San Francisco pour vous installer ?

C'est la seconde start-up que je crée à Toulouse puis que je fais migrer en Californie. Ca s'était bien passé la première fois. A Toulouse nous avons les meilleurs ingénieurs du monde (et une qualité de vie à rendre bien des gens jaloux). Mais en Californie, nous sommes plus près de l'action Internet : les influenceurs, les grands partenaires du web, les nouveaux usages. La Californie n'est pas le modèle parfait (par exemple, ils sont médiocres en rugby) mais c'est un écosystème excellent pour les start-ups du web.

Quelles compétences acquises à l'école vous ont été utiles dans votre carrière ?
Je ne pense pas avoir jamais utilisé les compétences techniques (traitement du signal, productique, etc.) acquises à l'école. En revanche, je me souviens tout au long du cursus, et même depuis l'oral du concours, de l'importance accordée aux qualités de communication, d'entregent, de leadership. Pour mon chemin personnel, ça reste l'acquis le plus important.

Un dernier mot à destination de nos diplômés ?
Considérez votre diplôme non pas comme un permis de trouver un emploi mais comme un permis de créer un emploi.

------

Retrouvez Marc Rougier lors de la "Semaine de la curation" en France cette semaine ! Plusieurs dates dans plusieurs villes !

 

550 vues Visites

Commentaires1

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

L'Actu des Anciens

Au Revoir et Merci Simone, Bonne Retraite !

User profile picture

Anne LOZACHMEUR

30 juin

L'Actu des Anciens

Benjamin TINCQ (TSP 2008) interview of the week - "Les Echos TheInnovator"

MM

Mehdi MALKI

05 juin

L'Actu des Anciens

François-Xavier THOORENS (TSP2004) facilite la création d'applications blockchain

User profile picture

Nicolas NUON

05 juin