logo
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Maxime Deschamps, serial entrepreneur et parcours atypique !

L'Actu des Anciens

-

02/10/2018

Maxime DESCHAMPS, diplômé de Institut Mines-Télécom Business School (promotion 2005), est un "serial entrepreneur" ayant un parcours tout à fait atypique. Dans cette interview qu'il a accordée à T&MA, Maxime décrypte son parcours, ses aventures, ses expériences professionnelles et nous explique pourquoi il a pris la décision de s'installer en Albanie.

Parlez-nous de votre parcours en école et du début de votre carrière.






J'ai intégré Institut Mines-Télécom Business School en 2002, à la fin d'une Prépa Militaire. Pour des raisons de santé, je n'ai pas pu poursuivre mon aventure sur le chemin de ma première vocation. Poursuivant d'autres aspirations, j'ai alors pris la décision (après une longue hésitation avec le DESS Création d'Entreprise en partenariat avec l'Université d'Evry), de rejoindre la majeure IAI (Ingénierie des Affaires Internationales). 

Ce fut à mes yeux un très bon choix de majeure, que je n'ai par ailleurs jamais regretté en raison de son programme très complet et l'ouverture qu'elle apporte d'un point de vue professionnel. Consultant, chef de projet, business developer, marketeur, tout nous est accessible si l'on s'en donne les moyens !

Mon intérêt pour l'entrepreneuriat n'a toutefois pas été impacté par mes choix d'études. J'ai d'ailleurs fondé ma première entreprise en étant étudiant. Je profitais de mon temps libre pour vendre des solutions d'identification à des industriels localisés à proximité d’Évry. Par la suite, j'ai profité d'un stage en SSII pour observer le savoir-faire des développeurs du cabinet afin de créer ma propre boutique en ligne. Grâce à cette expérience, j'ai pu promouvoir plus efficacement les solutions d'identifications techniques que je proposais. 


Après l'obtention de mon diplôme, en 2005, j'ai reçu différentes propositions en provenance de cabinets de conseils. J'ai alors choisi de me lancer à l'aventure aux côtés de Devoteam Consulting tout en réalisant en parallèle le Master 128 : conseil et e-management à Dauphine


C'est un an après mon départ de l'école que je suis revenu, mais cette fois en tant qu'enseignant vacataire au sein de la majeure IAI, entre autres, et dans des écoles d'ingénieurs. J'ai alors dispensé des cours de marketing, d'innovation, de vente, et plus principalement sur la création d'entreprise comme mon cours   « How to start a business with 1 euro » qui a rencontré un franc succès. 


Après deux années d'expérience en tant que consultant, je suis devenu business developer tout en réalisant le Master Management Stratégique et Intelligence Economique de l'École de Guerre Économique. Ce dernier m'a permis d'apprendre à collecter et analyser des données complexes destinées à la prise de décision stratégiques.

Puis, en 2011, j'ai décidé de prendre une pause de six mois pour un mini tour du monde. 

Comment vous est venue l'idée de faire le tour du monde au cours de votre cursus professionnel?






 

A l'origine, c'était un projet très personnel. Je ressentais l'envie de voyager, mais également de découvrir d'autres cultures.  A mes yeux, il est plus agréable de passer une lune de miel à découvrir le monde pendant 6 mois en portant un sac sur le dos et des sandales aux pieds que de séjourner quelques semaines dans un hôtel de luxe ! Ce fut pour moi une expérience marquante m'ayant tout particulièrement aidé à relativiser et à prendre du recul. 

Je vais d'ailleurs vous raconter une petite anecdote. Ma femme et moi- ne sommes pas tellement partisans des voyages organisés. Nous avons donc réalisé de nombreuses excursions par nos propres moyens. Comme le cratère Maragua qui se situe en Bolivie. Nous n'avions alors ni carte, ni signalétique pour nous permettre de nous repérer. Le souci que nous avons alors rencontré était que les personnes que l'on croisait parlaient davantage le Quechua que l'espagnol. 
De plus, les réponses à la question "Combien de temps nous faut-il pour rejoindre le village ?" variaient de 10 minutes à 4 heures. Au final, il nous a fallu près de 3 heures. Nous avons alors découvert par la suite qu'il n'est pas dans la culture des Boliviens de répondre qu'ils ne savent pas. Ils vont alors donner une réponse, sans forcément que cette dernière soit exacte !

Ce voyage m'a alors permis d'acquérir la certitude que la France est l'un des meilleurs pays au sein duquel vivre. Même si notre culture nous pousse généralement à nous plaindre de ce que nous avons sans forcément penser à la chance que nous avons.


Dans le même temps, j'ai poursuivi la gestion de mon entreprise à distance grâce à internet lorsque je parvenais à obtenir une connexion stable. Mon retour en France fut relativement compliqué. J'ai donc choisi d'intégré un nouveau cabinet en rejoignant Navigacom.










Après ce parcours original, vous travaillez maintenant dans le secteur du tourisme en Albanie. Comment êtes-vous parvenu à votre métier actuel ?

Ma femme est d'origine Albanaise, et dès mon premier séjour dans son pays, j'ai toujours ressenti le désir de m'y installer. C'était l'occasion pour moi de mieux découvrir sa culture et de maîtriser une nouvelle langue que je trouve bien plus compliquée que le français. Cela fait désormais un an que nous sommes installés dans ce pays. A mon arrivé, j'ai travaillé comme business developer freelance auprès d'un cabinet de conseil pour lequel je retournais une semaine par mois en France afin de rencontrer mes clients. 


 

Dans le même temps, j'ai continué de gérer mon entreprise "Biotrace" qui propose une solution de gestion d'inventaire et de contrôle de conformité d'équipements médicaux pour les hôpitaux à une clientèle essentiellement Européenne. Mon activité n'était alors pas impactée par le fait que je sois localisé en dehors de la France.


Pour moi, vivre en Albanie, c'était  également y travailler. Depuis presque toujours, j'ai une passion pour le VTT, j'ai alors eu l'idée d'allier ce passe-temps à une activité professionnelle


J'ai donc décidé d'utiliser ma passion pour proposer des tours de l'Albanie en VTT de 1 à 10 jours dans des montagnes et près de la mer.

C'est amusant car il y a 8 ans, personne ne connaissait vraiment ce petit pays et maintenant les français y viennent en masse ! Les plages magnifiques et les montagnes sauvages sont exceptionnelles ! Mais contrairement à ce que je pensais, les différences culturelles sont énormes.


Quelles compétences acquises à l'école vous ont été utiles dans votre carrière ?

Institut Mines-Télécom Business School apprend l'ouverture d’esprit, l’adaptation et donne un kit de survie pour être un futur acteur du digital. Je n’ai pas l’impression qu’il y ait de limite à ce qu’on peut faire : job technique ou pas, job marketing… tout est possible.

Je saisis cette opportunité pour conseiller les futurs diplômés de se lancer dans l'entrepreneuriat dès que possible. Lorsque l'on est étudiant, c’est le meilleur moment : pas de famille, pas de contrainte, pas de risques… et pourquoi pas combiner voyage et création d’entreprise en s’installant à l’étranger ?!


Recommandez-vous une lecture particulière ?

Alexander OSTERWALDER avec le Business Model Generation. Je trouve que c'est une lecture intéressante pour la création d’entreprise. Dommage que les étudiants n’en entendent pas parler.


Un dernier mot à destination de nos diplômés ?

Créer une boite ou être salarié ? On apprend mieux en étant à son compte, autant donc créer sa boîte, c’est une super aventure.

Pour celui qui veut décrocher un job : il ne faut pas oublier que tout est une question de personnalité, mettez-vous donc dans les chaussures du recruteur pour vous adapter au mieux à ses attentes. Les entretiens de recrutement c’est comme le sport, mieux on se prépare et mieux on réussit.



1148 vues Visites

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

L'Actu des Anciens

A vos fourneaux : Meet My Mama sort son premier livre !

LL

Laura LANDES

13 novembre

1

L'Actu des Anciens

Nos diplômés ont du talent : Comédie Musicale Fantastique

LL

Laura LANDES

08 novembre

L'Actu des Anciens

NOMINATION : Jean MEYER (TSP 2007), rejoint CAPCO

LL

Laura LANDES

28 octobre