Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Portrait de Yosra Barbier (TSP, 2013), Security Manager chez Orange Cyberdefense et Vice-Présidente pour TSP au sein de T&MA

Portraits

-

19/10/2020

Lilian Doublet (IMT-BS, étudiant en 2 année) à la rencontre de Yosra Barbier (TSP, promotion 2013), Security Manager chez Orange Cyberdefense et Vice-Présidente pour TSP au sein de T&MA

1. Quel souvenir gardez-vous de vos années au sein de l'école ?

Je suis un peu particulière dans le sens où j’ai fait ma thèse au sein de l’école au laboratoire SAMOVAR. En tant que doctorante, j’ai pu vivre à la fois l’ambiance de la vie étudiante, mais aussi l’aspect professionnel des enseignants. D’un côté, on pouvait être membre de l’association des employés et de l’autre participer aux événements du campus avec les étudiants.

Je me rappelle qu’il y avait un événement où tout le monde prépare les spécialités culinaires de sa région natale. Pendant ces fêtes, j’ai pu découvrir des plats et apéritifs très variés : vénézuéliens, maghrébins, asiatiques, orientaux, français… C’étaient les étudiants eux-mêmes qui cuisinaient, ce qui donnait une saveur encore plus spéciale. C’est une école très mixte et diversifiée, les étudiants viennent d’un peu partout. Cela incarne une énorme richesse pour Télécom SudParis. 

Mon plus beau souvenir est sans conteste le diplôme de thèse ! Il y a eu des “up and down”, des périodes de stress liées à la recherche, aux publications et imprévus au niveau des résultats. C’est une très riche et belle épreuve à vivre. Avec du recul, je me dis que l’expérience de la thèse m’a vraiment aidée à construire mes compétences. Je ne les aurais jamais eues en commençant à travailler directement après l’école.

2. Pourquoi avoir choisi de réaliser votre doctorat au sein de Télécom SudParis ?

Lorsque j’étais à Sup’Com, Grande école d’ingénieurs en Tunisie, Télécom SudParis était une des écoles partenaires. Lorsque je l’ai choisie, j’ai pris en compte des éléments tels que la renommée du laboratoire, mon sujet de thèse et le stage. 

En considérant l’ensemble de ces critères je me suis décidée pour Télécom SudParis. J’avais trouvé le bon stage, sur la protection des données privées sur internet, le bon laboratoire, SAMOVAR, et la bonne équipe R&D. Je n’avais plus qu’à foncer ! 

3. Pourriez-vous nous présenter le métier de Security Manager ?

Le Security Manager (dans mon contexte) est le garant du service de détection d'incidents de sécurité. Je travaille aujourd’hui à Orange Cyberdefense, avec l’entité CSR: Contrôle, Surveillance, Réaction où on trouve l’équipe CyberSOC qui est chargée du service de détection (Surveillance). Le Security Manager est donc l’interlocuteur principal entre cette équipe et son client. 

Mon rôle est de contrôler que les règles de détection implantées couvrent les risques et les scénarios qui pourraient impacter mon client. Je veille à ce que la plateforme de gestion d’événements de sécurité assure ses fonctions, mais aussi à ce que le service évolue avec l’environnement du client, etc. 

Pour résumer, le Security Manager est comme un couteau suisse qui est capable d'interagir avec les différentes parties prenantes (analyste sécurité, ingénieur sécurité, avant-ventes, commercial, les équipes du client -responsable SOC, chief information security officer, chief technical officer, chief information officer-). Chacune d’entre elles ayant son propre langage. 

Au départ, c’était bien évidemment un challenge puisque je viens du monde opérationnel technique. Mon discours était très axé sur cet aspect. Mais au fur et à mesure, j’ai réussi à prendre de la hauteur et m’adapter à l’ensemble de mes interlocuteurs. C’est un métier à la fois riche et transversal avec des activités très variées.

4. Quelles sont les qualités clés dans votre métier ?

Avant de citer les qualités, j’aimerais insister sur une capacité particulière : être capable de prendre du recul. Cela permet d’être clairvoyant et de comprendre l’environnement. Être diplômé ou certifié ne permet pas d'acquérir cette capacité. C’est quelque chose qui s’apprend quotidiennement et se travaille avec le temps et l’expérience.

Pour les qualités clés, je pense qu’il y en a 3 qualités primordiales pour exercer le métier de Security Manager :

  • Être autonome, c’est-à-dire ne pas solliciter les autres n’importe quand, sur n’importe quel sujet. On est le responsable, donc celui qui va trancher en dernier ressort. Il faut choisir de manière précautionneuse ses interlocuteurs. 
  •  Avoir l’esprit d’initiative est incontestablement un must en cybersécurité. Il faut faire et dire les choses de manière claire et simple.
  • Être rigoureux est indispensable, car dans le cas contraire, c’est prendre le risque de créer des failles majeures et par conséquent de dégrader l’image du service.

5. Comment envisagez-vous votre évolution et celle de la fonction de Security Manager au cours des années à venir ?

L’objectif sur le moyen et long terme (d’ici 3-5 ans) est de devenir responsable de la sécurité des systèmes d’information (RSSI). Il y a encore du chemin à faire avant d’agir en tant que RSSI. Je dois encore faire évoluer mon profil. Un RSSI challenge, pose les bonnes questions et fixe les bonnes priorités. Il doit le faire à la fois pour les équipes techniques et du métier. 

J’ai commencé à travailler en tant qu’ingénieure sécurité pour toucher à ce côté opérationnel (run, mise à jour des configurations des pare-feux, des proxys, des équipements de sécurité). Par la suite, je me suis tournée vers des projets de transformation de service IT, en particulier de sécurité. Depuis ma thèse, je cherche à compléter ce profil RSSI. Cela dit, je serai toujours intéressée pour exercer divers rôles de la cybersécurité. Les métiers de ce secteur sont assez variés. 

6. Comment occupez-vous votre temps libre ?

Je fais beaucoup de sport, passe du temps avec ma famille, mes amis. C’est très important pour moi. Chanter, écouter de la musique et faire de la moto aussi ! Je tiens à dire que l’avantage du confinement, c’est que cela nous aura appris à nous déconnecter, malgré la charge de travail. 


Propos recueillis par T&M Alumni

14 octobre 2020

748 vues Visites

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits

Portrait de Laurent Cabassu (IMT-BS, 2004), Directeur Général Europe de l'Ouest chez Pirelli et Président du CA Aliapur

DC

David CHHEAN

24 septembre

Portraits

Portrait de Jessica Arnaud (IMT-BS, 2015) : nouvelle Vice-Présidente référente pour IMT-BS

DC

David CHHEAN

22 septembre

Portraits

Portrait de Geoffrey Bruyère (IMT-BS, 2008), fondateur et CEO du site BonneGueule

DC

David CHHEAN

21 septembre